article

À propos de Postnuklea rekviemo

Rekviemo : de l'espéranto - requiem. n.m (forme à l'accusatif du latin requies signifiant repos) prière, parfois musicale, pour l'âme des défunts, qui a lieu juste avant un enterrement ou lors de cérémonies de souvenirs.

Postnuklea : de l'espéranto - postnucléaire. adj. Après une ère ou une catastrophe nucléaire ; après le nucléaire.


"S'il est vrai que ces mots semblent évoquer quelque chose d'apocalyptique faisant suite à un accident nucléaire, je dois préciser mon propos. Mon intention, bien que de questionner la place et l'utilité du nucléaire civile et militaire, est de me projeter dans un avenir où le nucléaire sera un souvenir, malheureux certes, mais bel et bien un souvenir d'un temps révolu. Ce requiem est donc à la fois une prière musicale pour les conséquences du nucléaire sur la vie actuelle et à venir, mais aussi et surtout une projection dans l'avenir où nous célèbrerons la fin de cette technologie. 60 % des instruments ont été enregistrés grâce à l'énergie solaire...

Mon intention de départ était de produire une composition à la hauteur de Tommy et Quadrophenia de Pete Townshend, The Wall et Amused to Death de Roger Waters, Tubulars Bells de Mike Oldfield, Thick as a Brick de Ian Anderson, un Dream, Nightmare and Dawn par Ravi Shankar family and friends ou Ceremony de Pierre Henry & Spooky Tooth. J'espère y être parvenu.


Souvent, il m'est demandé de définir ce qu'est le style de ma musique. Ce n'est pas évident pour moi. Elle se nourrit de musique modale d'inde du nord, de blues, de rock progressif, de musique concrète, électronique ainsi que de musique symphonique...

C'est un homme inspiré qui m'a soufflé le mot "impressioniste", dans le sens qui évoque et transmet des impressions. Je crois que c'est le meilleur résumé qui puisse définir ma musique et plus particulièrement un opus comme Postnuklea rekviemo."


Jim Petit
Les voix de Postnuklea rekviemo

Mouvement #1

Julian Huxley - biologiste - 1946 : Ce qui a été fait pour la destruction et pour la guerre pourrait aussi être fait dans l’intérêt de la paix et du bien-être général. Comment ? Ah, ceci est une autre question. Ce qui importe, c’est que la chose est possible.

Les enfants de l'école de Mittlach sortant de leur classe pour la récréation du matin - novembre 2015 : - cris de joie - on n'est pas fatigué... on est fatigué, on n'est pas fatigué... - cris de joie - y'a Jim !!!  - cris de joie...

Mouvement #2

Archive radio (1958) après l'accident de la pile atomique de Windscale - Grande-Bretagne : Le fameux incident de Windscale qui, disait-on, ne pouvait pas se produire, a déjà coûté plus de 5 millions de livres au pays. Voilà pourquoi, il faudra plus que des déclarations rassurantes de Monsieur MacMillan pour convaincre les anglais que les bombes A ou H sont somme toute inoffensives.

Paroles faisant suite à l'accident de la centrale atomique de Three Miles Island (radios américaines - 1978) : Un accident dans le système de refroidissement de la centrale nucléaire de Three Miles Island, Harrisburg, Pennsylvanie, a obligé l’entreprise à déclencher une alerte générale et à arrêter une partie de la centrale pour une durée non spécifiée.
Tout est sous contrôle. Il n’y a et n’avait aucun danger pour la santé et la sécurité publique. Il y a eu une faible émission de radioactivité dans l’environnnement. Tous les équipements de sécurité fonctionnent correctement. La Metropolitan Edison a contrôlé l’air dans les environs de la centrale depuis l’incident. Aucune augmentation des niveaux normaux de radioactivité n’a été détectée.

Valéry Giscard d'Estaing - après l'accident de Tchernobyl - télévision française 1986 : Je crois que d’abord il faut rassurer les Français. Le nuage dont vous avez parlé tout à l’heure est un nuage dont la radioactivité, de toute façon, ne comporte  de danger pour la population.

Mouvement #5 :

Albert Einstein  - enregistré le 1er juillet 1946 dans un programme de Columbia Broadcasting System (Déclaration faite après la 4ème explosion atomique dans le Pacifique). Nous ne devons pas oublier que si la partie animale de la nature humaine est notre ennemie, celle qui pense est notre amie. Nous ne devons pas attendre un million d'années pour nous servir de notre faculté de raisonner. Nous pouvons et nous devons nous en servir maintenant sinon la société humaine disparaîtra, peut-être à jamais, dans un nouvel âge d'obscurantisme plus sombre et plus terrible encore.

Mouvement #11 :

Syozi-san, un paysan de Iitate, zone d'exclusion de Hukushima Daisi - Japon - 2011 : Devoir évacuer et simplement tirer un trait sur notre chez-nous est tellement dévastateur. J’ai voulu tester combien de césium radioactif il y a ici. Alors j’ai planté ces choux. Combien d’année faudra-t-il avant que l’on puisse cultiver des légumes ici ? C’est ce qui m’inquiète. Pour parler honnêtement… pourrais-je cultiver des légumes sans risque sur ma terre dans les temps qui me restent à vivre ou vais-je mourir avant ? Je suis inquiet de la façon dont les choses vont tourner. Je suis si triste. Je dois me séparer de mes animaux. Ils seront partis dans environ un mois.

extrait de " Nuclear Refugees : the People of Iitate - Japan " - documentaire de Ian Thomas Ash

Mouvement #12 :

Le choeur de la maîtrise de l'opéra de Strasbourg - 2017: Ŝanĝiĝu (espéranto - devenons le changement)

Un liquidateur de  tchernobyl - 2012 : C'était le boulot, je ne regrette rien, je ne suis fier de rien, c'était comme ça. L'énergie atomique contemporaine ne devrait pas exister. J'espère que les événements au Japon vont éveiller les consciences et que les gens vont comprendre les dangers.